Tous les articles par Serge Bouchet

lâcher d’Anthony

Hello Sergio,

Voici the texte :

Bonjour à tous,

Ça fait 15 ans que je vole sur Cessna 152 et CTLS  à Avignon. Mais dans l’avion il me manque ce petit truc en plus qui fait qu’on se sent voler.

A la recherche de ce petit truc en plus, j’ai donc contacté Veliplane 01 60 04 76 00 et on tombe sur Serge avec son accent et son accueil qui me rappelle la maison (accent et expressions du Sud).

J’ai démarré une formation de pendulaire. Cette machine est geniale car on a la voile entre nos mains et le visage qui est au vent. Bref on vol vraiment.  Notre regard voit les paysages sans le filtre et sans les reflets d’une vitre (comme dans un avion). J’aime beaucoup cette machine, mais malheureusement elle n’aime pas trop le vent … or dans le sud rare sont les journées sans vent.

Je demande alors à Serge : « tu préfères quoi comme machine toi ? » et là Sergio me répond les yeux qui brillent : « tu vois toutes les coupes en haut de l’armoire ? Eh bien pour le vol plaisir c’est l’autogire» Serge a été champion d’Europe en autogire (et du monde par équipe) et il me raconte alors ses anecdotes de raids en autogire. Il m’explique aussi les avantages de ce cette machine => MAIS BIEN SUR, pourquoi je n’y ai pas pensé plus tôt ….. cette machine est pile ce que je cherche en fait : 

  • On se sent voler, on est dehors
  • Elle va vite (environ 160km/h)
  • Permet de faire des choses que les autres engins volants ne savent pas faire à ce prix là(atterrissage presque vertical/ stationnaire/etc)

Bref, j’arrête le pendulaire et je me mets à l’autogire. Et là tout va très vite !

Au début, je trouve cette machine vraiment étrange avec ce rotor qui tourne en vol mais sans l’aide du moteur.

Puis 5 vols plus tard, c’est déjà le 1er lâcher.

Là aussi tout va très vite, en solo la machine est surpuissante et on décolle en 2-2.

Les vols se succèdent et je suis ravi de voler sur ce nouveau joujou qui m’apporte clairement ce petit truc en plus que j’étais venu chercher.

Cette machine est vraiment parfaite : simple d’utilisation, rapide, sécurisante, très manœuvrante et m’apporte tout ce qu’il me manquait dans l’avion.

En 2 mois à Veliplane (octobre, novembre 2020), j’ai rencontré des gens hyper interessants dans un club où l’ambiance est vraiment top , j’ai découvert le pendulaire et obtenu mon brevet d’autogire. 

Un immense merci à Serge et Philippe de m’avoir transmis leur passion et leurs conseils précieux.

Merci aussi aux différentes personnes avec lesquelles j’ai eu l’occasion de discuter pendant parfois des heures : Jean-Francois, Jean-Luc, Pascal, Geneviève, Erwan, etc

J’ai beaucoup apprécié nos échanges.

A très vite chez Veliplane

Et deux photos si besoin d’illustré le texte:

deux mots sur la nav du 06 09 20

Et oui ! Comme tous les dimanches matin, nous organisons une petite navigation pour que les élèves sachent naviguer, bien sûr tous les pilotes sont conviés et c’est chaque fois une réussite joyeuse pour tout le monde. Ce jour-là, c’était Meaux – Moret – Nangis – Meaux. 6 machines étaient de la partie

Ci-dessous une partie des machines à la pause-café à Nangis.

Regardez les prochaine sortie prévues ici : http://www.veliplane.com/balades-en-vol/

LE LÂche de Hugues

Ce vieux rêve d’enfant était resté endormi, pendant si longtemps.

Il aura suffi d’une conversation familiale pour le réveiller. S’ensuit une recherche internet pour trouver le moyen et la bonne adresse pour m’accompagner dans cette envie de défier la gravité.

L’accueil est très pro et convivial, rendez-vous est pris dès le lendemain pour un premier cours en pendulaire, Il me semblait que cet appareil me correspondrait, je ne souhaitais pas être enfermé dans une cabine.
Nous sommes en janvier 2019, Dame Nature est conforme à ce que l’on peut attendre d’elle en ce début d’année, il fait froid, mais je suis très heureux de cette nouvelle expérience. Les cours vont se suivre avec plus ou moins d’assiduité, mes activités professionnelles, et mes week end chez moi en Auvergne, ne me laissent guère le temps que je souhaiterais.

Serge, mon instructeur principal, mais aussi Jean-Jacques et Laurent, m’ont accompagné avec toujours beaucoup de gentillesse de patience, et la rigueur professionnelle qui est la leur. Les séances sont très souvent un grand plaisir, parfois la déception et le doute s’installent, mais l’accompagnement est toujours au top. Les tours de pistes s’enchainent, satané arrondi, quand est-ce que je sentirais le bon geste, le bon moment, le bon dosage ???

Un an et demi plus tard, Monsieur Covid est passé nous rendre visite entre temps, et en ce beau mois de Juillet, le vent faiblissant, Serge après quelques tours, me demande si je le sens pour être lâché ce soir ? Ce moment tant espéré, tant redouté, était au rendez-vous.

On se pose, Serge descend, prend la radio, et je repars en 34. Le stress, la concentration, la joie, seront mes fidèles compagnons de ce petit voyage de 4 tours sans trop réaliser que c’était fait. Autant dire que le sommeil n’est pas arrivé de sitôt, le rêve d’enfant qui s’était réveillé me tenait maintenant compagnie.


Je voudrais remercier, toute l’équipe bien sûr, qui est toujours disponible et à l’écoute, Serge et Geneviève, Philippe et Erwan mais je ne veux surtout pas oublier Jean-Jacques, Gérard et Didier, qui m’ont conseillé, apporté leur soutien, et m’ont fait partager leur expérience et leur passion du pendulaire.


Reste maintenant à apprendre encore, et encore pour profiter et voler en sécurité.

Le LÂché de Raphaël

Salut Serge,

Ci dessous en quelques lignes, mes impressions pour mon premier lâché solo d’hier soir  :

« Jeudi 3 septembre 2020, fin de journée, je me rends au club après plusieurs jours sans avoir pu voler. Je n’imagine pas être lâché aujourd’hui, la journée ayant été lourde et humide, je m’attends à être un peu secoué à bord du Ninja. Je décolle avec Erwan, en 25 gauche, le vent est faible la visibilité bonne pour des tours de piste.

Après deux touchés, Erwan me propose de repartir seul. J’acquiesce. Je suis partagé entre excitation et appréhension. Je sens mon coeur battre, mais je me focalise sur mes actions de vol et cette belle étape du premier lâché.

Erwan est maintenant au sol, il veille sur moi en gardant une oreille attentive depuis la radio. Je fais ma pré-vol et me voilà pour la première fois, annoncer à la tour que je suis seul à bord !! Je reçois la clairance et roule au point d’attente de la 25 gauche.

Le coeur continue de battre fort. Je reste concentré et me répète les derniers conseils précieux d’Erwan. Ca y est, j’y suis, je m’aligne et décolle… J’ai du mal à y croire, mais je refuse que les émotions prennent le dessus sur la concentration et m’impose une vigilance extrême. Le Ninja réagit différemment qu’à mon habitude… effectivement, je suis plus léger seul… Je déroule les actions, vol palier, volets, montée initiale, je maintiens ma vitesse. Mon axe et ma pente me paraissent bons… Les 900 pieds atteints j’effectue le premier virage. Je n’arrive toujours pas à réaliser que je suis seul à bord. Maintenant, le deuxième virage, me voilà en début de vent arrière et je m’annonce à la tour. Enfin, la pression redescend un peu, mais à peine le temps de profiter du moment que je me lance dans mon premier touché, seul à bord, sans filet de sécurité…

Le Ninja est calme, moi aussi, je descends, je maintiens la pente et la vitesse, mes deux crans de volets sont sortis. La concentration me permet de dérouler les acquis et le premier touché se passe en douceur. Quelle joie d’être arrivé enfin la. 

C’est reparti pour un tour puis un complet. Je « roule et quitte au parc ». 

Merci Erwan pour ta confiance, tes conseils, ta patience, merci à Véliplane, à Serge et Geneviève et à toute l’équipe pour m’avoir permis de vivre la magie de voler, ce rêve de l’enfant que je suis resté… c’est que le début !!

Raphaël

CONVOYAGE ALLEGRO

RÉCIT DU CONVOYAGE DE MON ALLEGRO AVEC SERGE BOUCHET

Voilà, je me suis décidé à acquérir ma propre machine, un Allegro de 2002, moteur Rotax 912, 970 heures au compteur.

Serge sera mon chef pilote pour ramener la machine en provenance de l’aérodrome NIMES COURBESSAC.

Après maintes tergiversations météorologiques suivies d’une longue attente due au  confinement, nous trouvons enfin un créneau favorable et prenons le premier TGV disponible pour le sud.

nous attaquons le Massif C
entral

Arrivés sur place, accueil très chaleureux par mon vendeur Francis qui nous reçoit chez lui pour le repas du soir et pour la nuit. Nous passons une très agréable soirée entre pilotes accompagnés d’Arnaud, un pilote A320 chez AirFrance.

Après une courte nuit, levé 6H30 pour un départ prévu à 8H00. Nous arrivons à tenir le timing avec un décollage en 36 et une sortie logique par le nord avec Serge en place gauche.

Après le Massif Central

La veille Serge avait contacté l’aérodrome de MOULINS MONTBEUGNY, celui-ci se trouvant à mi-chemin, nous avions décidé de refouler là-bas, les performances de la machine nous permettant normalement de l’atteindre. C’était sans compter sur le fait que nous étions peut être un peu chargés et que nous avons dû faire face à un vent du Nord Est de bout en bout, celui-ci nous faisant consommer plus que prévu.

150Km/h au 350° au FL55 sous contrôle avec 4517 affiché

Arrivée à environ 30 minutes de notre escale, l’aiguille du carburant commençant sérieusement à s’approcher de la limite raisonnable pour se poser, nous décidons d’assurer notre sécurité et de se poser sur le petit aérodrome le plus proche de notre position, LAPALISSE.

Arrivés sur place, pas de carburant disponible mais nous parvenons à nous faire emmener en voiture à la pompe à essence. Le refueling peut donc se faire avec en prime un petit café offert par les « locaux » !

Etape à Pont sur Yonne, nous sommes accueilli par une bête complètement ravagée

Redécollage pour cette fois, une nouvelle étape carburant à PONT SUR YONNE afin de ne pas rester fixés sur l’aiguille du carburant et se demander à quelle sauce nous allons être mangés….

Enorme vent de travers à l’atterrissage mais compensé par un accueil plus que sympathique par une connaissance (ami) de Serge qui nous offre à nouveau un café agrémenté d’une petite part de gâteau pour les plus gourmands.

Nous redécollons pour Meaux, sans embuche mais sommes tout de même contents d’arriver.

Et nous passons la Seine, reste 20 minutes de vol

Traverser la France pour la première fois à bord d’un ULM était une très belle expérience pour moi, n’ayant que 60 heures de vol. De plus faire le parcours avec Serge, croiser des gens adorables, des paysages magnifiques, a rendu cette navigation inoubliable et facile J

Alors merci à tous et à bientôt !

Serge dit : ce fus un super vol de 4h30, avec des paysages magnifiques, un Rotax qui tourne rond, un copilote extra et une machine confortable, super !

Lâché de Jérôme

Quel bonheur ! Après 2 ans de formation en ppl, je me suis dirigé vers le club Véliplane- Ulm Paris.

20200607_201032

Je passais très souvent devant le hangar et je constatais toujours beaucoup d’activité,  des quantités de belles machines et de nombreux adhérents qui se retrouvaient le week-end pour échanger.

Un jour, par curiosité je suis allé frapper à la porte du club; j’ai immédiatement été super bien reçu et je me suis aussitôt senti à l’aise dans une ambiance on ne peut plus conviviale.  On m’a présenté les machines et je suis tombé complètement sous le charme de l’Alpha-Trainer, un cockpit bien étudié avec un look d’ enfer. Je me suis tout de suite décidé, d’autant plus que la semaine précédente j’avais passé avec succès le brevet théorique en candidat libre.

Les trois dernières années, j’avais volé sur dr 220, dr 400, Cessna 152 et 172 et PA 28, et je dois dire que la première montée initiale en Alpha a été incroyable : Une machine extraordinaire, légère et très intéressante à faire voler, à mon humble avis. Mais ce que j’ai le plus apprécié dans mon expérience Véliplanante c’ est l’ambiance  au sein de l’équipe,  avec évidemment Serge et Geneviève qui m’ont très rapidement adopté et bien sûr, mes instructeurs qui, chacun à  sa façon, ont mené à bien ma formation. Philippe, Erwan et Bertrand,  je vous remercie de m’avoir transmis votre expérience et en prime, votre passion.

Je me souviendrai toujours  de ce lâcher en plein déconfinement avec un masque chirurgical. Aujourd’hui je suis breveté  ULM et j’ai vraiment envie d’enchaîner les heures sur les machines du club:     – Le Nynja qui est trés sympa et  rassurant, l’ Alpha évidemment et le futur FK9 qui fera l’objet d’un nouveau lâcher.

Merci à toute l’équipe du Véliplane pour ces beaux moments d’échanges.

Jérôme

COVID-19 (coronavirus)

Bonne nouvelle ! nos activités vont pouvoir reprendre à partir de demain, soit le 11 05 2020 ! Les conditions de cette reprise ne sont pas encore complètement définies.

Les vols à titre  »privé » sont possibles, les cours de théorie, en respectant les distanciations, sont aussi possibles.

Les vols d’instruction et baptêmes de l’air restent en suspens pour l’instant.

Si vous souhaitez venir, et nous vous y encourageons, mais nous vous demandons d’avoir la gentillesse de nous téléphoner avant (bureau : 01 60 04 76 00, ou Serge : 06 07 49 18 86, ou encore Ge : 06 78 93 23 33 et par mail à info@veliplane.com ) de façon à respecter la règle de 10 personnes maximum sur place. merci pour cela.

Nous vous demandons aussi et solennellement de bien respecter les gestes barrières, d’être équipé de votre masque et de le porter.

DCIM100MEDIA

Par ailleurs, du gel hydroalcoolique, des lingettes et tout le nécessaire pour une hygiène renforcée est mis en place au club, servez-vous en ! Des affichettes de rappel sont disposées dans le centre. Éventuellement des masques (en secours) seront disponibles.

Tout est là…

A très bientôt, en pleine forme, pour de nouvelles aventures enrichissantes et continuer à profiter de notre passion.

De Jean BOR inventeur ! 
gloire à lui !!
De Jean BOR inventeur !
gloire à lui !!

Prenez soin de vous et de vos proches, restons très prudents.

Serge Geneviève et Philippe ainsi toute l’équipe,

LÂCHÉ de jules

Bonjour Serge / Geneviève (selon qui ouvre le mail),

J’ai terminé le petit texte écrit après mon lâcher, si vous voulez le poster sur le site du Véliplane !
Je le joins au mail. 🙂

Bonne fin de weekend et à bientôt !! Bons vols !

Alors que je réalise mes premiers vols seul à bord, concrétisant près de dix ans de passion pour l’aviation, comment ne pas me souvenir de ce jour où j’ai poussé pour la première fois la porte du Véliplane ? C’était au printemps dernier.

J’y ai découvert l’univers de l’ULM, un monde d’appareils variés au pilotage exigeant rigueur et responsabilité. Mais j’ai aussi découvert une équipe profondément chaleureuse et humaine. Les cours se sont succédé, en Nynja d’abord puis en Alpha Trainer. Durant cette formation, j’ai pu compter sur Erwan et Philippe, instructeurs passionnés et pédagogues comme on en fait peu !

Puis ce fut ensuite le grand jour, celui du lâché. Légère appréhension amplement compensée par un immense enthousiasme ! La joie de voler seul a bord est immédiate, et l’entraînement fait son œuvre : tout se déroule bien. En de tels instants, on se dit que la sensation du moteur qui vibre en montée initiale et le reflet du soleil sur les lacs qui bordent les piste valent très largement les nuits de révisions plongées dans les pages du manuel Cépaduès !

Puis une épreuve de navigation plus tard, ça y est. Un jour on monte dans l’appareil en tant qu’élève, et puis on en ressort Pilote. Alors on se rappelle la phrase de De Vinci sur le vol : “Une fois que vous aurez goûté au vol, vous marcherez à jamais les yeux tournés vers le ciel, car c’est là que vous êtes allés, et c’est là que toujours vous désirerez ardemment retourner.”

Je tiens donc à remercier avec sincérité toute l’équipe du Véliplane, Serge, Geneviève, Philippe, Erwan, et tous les autres membres de ce club où aviateur rime avec bonne humeur !